Et si l’on coulait un revêtement en résine de sol ?

L’objectif des articles de cette section est de parler plus concrètement de la pose d’une résine de sol. Un tel revêtement est bien plus délicat à mettre en place que du parquet ou de la moquette. Les éléments ne sont pas préfabriqués en usine pour y être assemblés sur place. Ici, les produits doivent être mélangés et le revêtement est coulé in situ.

D’une part, ces mélanges et la pose sont, sans que l’on s’en aperçoive, de véritables manipulations chimiques. Il s’agit donc d’y extrêmement vigilant. D’autre part, le comportement de la résine a ses particularités et il est bon d’en savoir un minimum sur la gestion de ce revêtement. En effet, a contrario du parquet, il est impossible de changer une partie du sol. Pour chaque surface ratée, aussi petite soit elle, il faut couler une nouvelle couche pour la rattraper.

Il y a, par conséquent, des règles à suivre, des conseils à prendre et des techniques à connaitre pour optimiser ses résultats finaux, son argent et son temps. C’est pourquoi cette rubrique est destinée à mettre en lumière les procédés et les détails importants de ce matériau.

Si vous désirez des articles plus généraux sur le sujet, vous pouvez vous reporter à la section Généralités https://resineconseilexpertise.fr/category/generalites/

Mise en œuvre d ‘un autolissant dans le domaine industriel

A vos protections ! Peau, yeux et voies respiratoires à préserver

Dans cet article, on s’intéresse en particulier aux protections face aux risques des produits utilisés. On en n’a qu’une et on se la souhaite bonne chaque nouvelle année: la santé! Et afin de la préserver des dangers de la résine, il faut impérativement savoir se protéger au niveau de sa peau, ses yeux et muqueuses ou encore ses voies respiratoires.

Protections de la peau…

Ouvrons le bal avec la peau. Il s’agit du plus grand organe de notre corps et celui soumis le plus directement à toutes les agressions extérieures. Lors de la mise en oeuvre de résine, il est courant d’observer des projections lors des mélanges. On peut aussi et surtout voir des gouttes ça et là. Les liquides sont difficiles à maîtriser totalement. Par des gestes simples comme se servir de l’eau, il est aisé d’en déverser hors du verre. Les lois physiques sur l’eau sont aussi appliquées à la résine. Le transversement, l’ouverture des bidons, l’application sont autant d’étapes qui peuvent engendrer des déchets de résine liquide au sol ou sur soi.

Il faut donc se munir de protections pour éviter le contact direct. Pour cela, des dispositions simples existent. Le port de vêtements à manches longues (tee-shirts, pantalons) sont la base. On peut rajouter, pour plus de sécurité, une blouse intégrale par dessus. Il peut vite faire chaud sous celle-ci mais elle reste un vrai plus. En effet, les vêtements sont souvent en coton et polyester et restent légers face à des projections. Ces blouses jetables sont donc un bon moyens de rajouter une barrière de protection ainsi que de préserver les vêtements.

Il existe un document intéressant créé par l’INRS (Institut National de Recherche et de sécurité) sur le sujet des blouses dont le lien est:

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=12&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjO-pGS9ajnAhU88uAKHcMxCT84ChAWMAF6BAgGEAE&url=http%3A%2F%2Fwww.inrs.fr%2Fdms%2Finrs%2FCataloguePapier%2FED%2FTI-ED-127%2Fed127.pdf&usg=AOvVaw1DtlkaW0q1bUydkUiOXom-

Ne s’agissant que d’une possibilité d’éclaboussures accidentelles de produit non classifiés comme très dangereux, une blouse de type 6 est une protection correcte. Cependant, rien n’empêche un applicateur à augmenter de classe de blouse.

…des mains…

La peau recouvre bien sûr nos mains! Et ce sont elles qui sont le plus soumises au contact des produits et donc au danger. Il faut par conséquent enfiler une paire de gants adéquat. Pourquoi adéquat? Parce que tous les gants ne se valent pas. Certains sont spécifiques à la manutention, d’autres aux risques mécaniques ou chimiques. La qualité des matériaux des gants rentre également en compte. Pour l’application de résine, il faut ici des gants optimisés à la manipulation de produits possiblement nocifs : totalement étanches et dont la résistance chimique est précisée et en adéquation avec la résine.

A chaque type de gant son utilisation! Ceux de manutention ne doivent pas servir à l’application de résine

Pour aller plus loin sur ce sujet, l’INRS a élaboré un document sur ce sujet, fiche pratique de sécurité ED 112, dont le lien est :

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjRhqeC9KjnAhU2BWMBHWS8AFoQFjACegQICBAB&url=http%3A%2F%2Fwww.inrs.fr%2Fdms%2Finrs%2FCataloguePapier%2FED%2FTI-ED-112%2Fed112.pdf&usg=AOvVaw0kkiheXCIB9iSSQcJMe83U

Ce document est très bien fait et facilement accessible. Il met en lumière que chaque produit contient des composés différents et demande ainsi une protection précise. Par exemple, les gants en nitrile auront une bonne résistance face aux alcools primaires ou hydrocarbures aliphatiques. Cependant, ils seront inefficaces face aux cétones… On prêtera attention à manipuler le moins possible d’acétone avec des gants en nitrile.

…des muqueuses et des yeux…

Etant donné que l’on applique rarement de la résine nu, les muqueuses sont généralement protégées. On pensera à ne pas se mettre les doigts dans la bouche, ni dans le nez lorsque l’on manie de la résine.

Néanmoins, les yeux peuvent être sujet à contamination. La phase la plus critique étant celle du mélange, manuel ou mécanique, elle peut provoquer des éclaboussures. De même, il n’est pas impossible de s’en projeter au niveau du visage durant l’application.

C’est pourquoi il est conseillé de porter des lunettes de protection. Celles-ci peuvent être de différents modèles allant de simples lunettes indépendantes aux masque intégrale englobant le visage en entier. Ce qui nous amène à la protection de nos poumons…

L’accumulation de protections peut parfois s’avérer encombrante mais nécessaire à notre intégrité

Protections des voies respiratoires

En fonction des produits employés, certains composants se trouvent extrêmement volatiles, à l’image des solvants. Les COV (Composés organiques volatiles) peuvent ainsi pénétrer dans les poumons lors de l’application et provoquer des effets indésirables sur le corps. A plus ou moins long terme, ces composés chimiques provoquent des dégâts pouvant être irréversibles. Par conséquent, afin de se protéger de l’odeur pouvant être forte et des risques, on met un masque filtrant.

Il existe plusieurs sortes de masques : les jetables, les masques à cartouches jusqu’à ceux à ventilation assistée. Les jetables sont efficaces face aux poussières et particules (valable lors des phases de ponçage…). Pour se protéger efficacement des gaz et vapeurs, il faut cependant s’orienter sur des masques à cartouches. Les demi masques engloberont le nez et la bouche, les intégraux intéragiront sur l’ensemble du visage. Enfin, les masques à ventilation assistée ou adduction d’air aident à respirer tout en filtrant l’air dans des endroits difficiles: espaces confinés, environnement non respirable…

Les cartouches doivent être scrupuleusement bien choisies en fonction des composants à manier. Elles peuvent filtrer les gaz ou les particules ou les deux en même temps. Chaque cartouche filtrant les gaz et particules est munie d’un code couleur et d’un code à lettre et chiffre se référant au tableau ci-dessous:

Le site suivant est intéressant pour ceux souhaitant en connaitre davantage sur les différents masques existants ainsi que des cartouches: https://www.seton.fr/epi-protection-respiratoire.html

Penser à bien changer régulièrement la cartouche , faute de quoi la protection n’est plus garantie. A ce sujet, vous pouvez consulter les sites suivants :

https://www.atousante.com/obligations-employeur/protections-individuelles/protections-respiratoires/logiciels-permettent-estimer-temps-utilisation-cartouche-masque-respiratoire/

Conclusion

Il existe un grand nombre de mesures à mettre en place et il est encore trop fréquemment vu des personnes non suffisamment protégées. Pourtant, les résines sont composées d’un mélange de nombreux produits chimiques pouvant avoir un effet notoire sur notre organisme (voir article https://resineconseilexpertise.fr/les-dangers-sur-la-sante/)

Chaque moyen de protection a été balayé relativement rapidement ici. L’objectif de cet article reste avant tout de retenir l’attention sur la multitude de solutions possibles. Les gants, les blouses et autres peuvent à eux seuls remplir un article entier. Les liens vers des sites spéciaux et qualitatifs (INRS) permettent à tous ceux que ça intéresse de pouvoir creuser le sujet pour mieux se protéger.

Différents types de revêtements de sols coulés

L’objet de cet article est de présenter le classement des types de revêtements de sols coulés existants. Comme vu dans l’article sur la description de la résine (https://resineconseilexpertise.fr/quest-ce-que-la-resine/), il existe maintes solutions avec la résine de sol. Passons en revue les principales catégories établies.

A l’usage, une hiérarchie simple a été arrêtée. Elle se base sur l’épaisseur du complexe mis au sol. C’est l’épaisseur du sol qui définit les types de revêtements de sols coulés. En effet, trois grandes familles de revêtements sont décrites:

Les revêtements minces

Leur épaisseur est comprise entre 0 et 1mm. Ils sont aussi nommés revêtements filmogènes. On y trouve les imprégnations ou encore les peintures de sol. Il s’agit de l’application de produits liquides au rouleau en une ou plusieurs passes. Les imprégnations peuvent servir à protéger le béton et empêcher la génération de poussières. Les peintures de sol ont le rôle d’imprégnation ainsi que l’apport de l’esthétisme. Elles colorent le sol et enjolivent les zones en question. Notons qu’elles augmentent la résistance du sol, toute proportion gardée. En effet, une peinture de sol se dégrade relativement vite sous l’effet de contrainte moyennes à fortes. Enfin, cette finesse d’épaisseur ne peut pas permettre de reprendre d’éventuelles aspérités et défauts du support.

Vous pouvez également lire l’article sur la peinture de sol vs résine: https://resineconseilexpertise.fr/peinture-vs-resine-quelle-difference/

Illustration d’une peinture de sol

Les revêtements semi-épais

Comme son nom l’indique, nous avons ici à faire à des revêtements un peu plus épais. Leur épaisseur varie entre 1mm et 3mm. C’est ce que l’on retrouve le plus régulièrement lorsqu’il s’agit de sols coulés en résine. Ils peuvent être de plusieurs nature possibles: autolissant, structuré ou encore semi-lisse. Ces termes sont explicités dans un article spécifique (https://resineconseilexpertise.fr/les-aspects-possibles/).

Ils sont employés aussi bien dans l’industrie que dans des locaux plus nobles tels que les lieux tertiaires. Les industriels apprécient ces sols coulés qui permettent de garantir une protection du béton. Ils offrent aussi un bon aspect visuel ainsi qu’une anti-dérapance accrue. Cependant, les laboratoires et salles blanches préconisent ce genre de revêtement. Toutefois, ils préféreront le caractère lisse et facilement nettoyable des autolissants. Enfin, la résine se délocalise également de plus en plus dans des lieux décoratifs. On pense aux musés, halls d’entrée de siège et même dans le salon de particuliers.

Mise en place d’un revêtement semi-épais de type quartz color

Les revêtements épais

Nous arrivons à la troisième et dernière catégorie de revêtements: ceux dont l’épaisseur est supérieure à 3mm. Dans cette famille de sols, il faut savoir qu’ils peuvent être différenciés en deux parts distinctes:

  • ceux dont la nature même est d’être épais. Il s’agit là de revêtements qui doivent être coulés en épaisseur selon les préconisations fabricants pour une efficacité optimale. On pense notamment aux produits polyuréthanes ciment. Ces derniers sont fréquemment rencontrés dans l’agro-alimentaire.
  • ceux dont l’épaisseur est réalisée par l’accumulation de complexes différents. Pour exemple, il peut être installé une sous couche acoustique sous un revêtement autolissant. C’est la succession de couches qui formes un revêtement globalement épais.
Polyuréthane ciment coulé dans une zone de production agro-alimentaire

Cette hiérarchie des revêtements de sols coulés fait référence. Vous pouvez également la consulter sur le site des métiers de la résine.

http://www.sfmr.ffbatiment.fr/technique/produits/les-differents-systemes.html

La connaissance des critères des différents sols est un chapitre important. Ce langage est souvent retrouvé. Vous maitrisez dorénavant ces termes.